hypnose estime de soi

Pour beaucoup d’entre nous, l’hypnose est apparue dès l’enfance dans le dessin animé de Bugs Bunny, L’Hypnotiseur au cerveau de lièvre, ou dans une autre scène exagérée montrant un personnage louche balançant une montre d’avant en arrière tandis que le protagoniste tombe dans une transe terrifiante. Même à notre époque, l’hypnotisme nous est toujours présenté comme une présence sombre et effrayante. Dans l’un des exemples les plus récents, Get Out de Jordan Peele, l’hypnotisme est utilisé comme un outil pour endormir Daniel Kaluuya et le rendre complaisant alors qu’il est progressivement kidnappé par des racistes.

Comme on pouvait s’y attendre, pour ceux qui connaissent intimement les possibilités réelles et positives de l’hypnotisme, ces déformations courantes sont non seulement trompeuses, mais elles dépeignent une image très différente de la réalité. En réalité, la pratique de l’hypnotisme est beaucoup plus proche d’une méditation guidée que d’une transe droguée (bien que pour certaines personnes les deux sensations soient inséparables).

Certains d’entre nous ont déjà lu et entendu des anecdotes sur des résultats positifs, notamment sur le fait de prendre confiance en soi et de vaincre sa timidité, mais rare sont ceux ayant expérimenté l’hypnose eux-même. Comme la plupart des thérapies brèves qui traitent des émotions, du manque de confiance en soi, des facteurs de stress quotidiens et de l’état mental, les séances d’hypnotisme peuvent être adaptées à une intention ou à un besoin spécifique.

Le témoignage d’une personne, dont l’objectif était de reprendre confiance en soi, vous aidera à vous faire une idée sur le sujet. 

Cette personne souhaitant rester anonyme, nous la nommerons Shella. 

Avant même d’arriver au centre, Shella savait qu’elle voulait axer sa séance sur la confiance en soi extérieure et sur le fait de se sentir vraiment en paix dans son corps physique. Comme de nombreuses personnes, elle souhaitait avant tout savoir comment avoir confiance en soi et oser vivre pleinement sa vie, sans pensées négatives. Elle souhaite avant tout lâcher-prise sur ses angoisses d’échouer pour aller de l’avant et prendre des risques

Quand elle est arrivée, elle a immédiatement senti son niveau d’anxiété s’apaiser. Il y avait des cristaux achetables partout, des livres sur la méditation et la psychothérapie, de l’eau potable imbibée de cristaux, des perles de verre et des yeux en céramique qui décoraient la façade. C’était un espace manifestement conçu pour mettre les gens dans la zone pour le Reiki, les bains sonores ou l’hypnose.

Sa séance d’hypnose était avec la thérapeute Shauna Cummins, qui l’a accueilli très chaleureusement et l’a conduit dans l’arrière-salle pour expliquer le processus. Avant de commencer, Cummins a noté qu’il s’agissait de sa première fois, s’est assurée qu’elle n’avait pas d’anxiété particulière concernant le processus, et lui a demandé quelle était son intention pour la séance.

Lorsque Shella a dit à Cummins qu’elle voulait ressentir une concentration calme dans son corps, une capacité à exercer une confiance qui corresponde à la fois émotionnellement et physiquement, elle avait 10 pas d’avance. Shella lui a également confié sa volonté de retrouver confiance en soi pour pouvoir s’épanouir pleinement. Elle a qualifié ce qu’elle décrivait d’intégration, et lui a dit qu’elle aimait particulièrement aider ses clients à entrer dans cet espace de « collaboration avec eux-mêmes ». En effet, comme un psychothérapeute ou un spécialiste de le sophrologie, Cummins souhaite avant tout que son patient tende vers une pensée positive, en ce concentrant principalement sur les points forts de leur existence.

Cummins a expliqué que l’une des croyances fondamentales de l’hypnotisme est que notre corps contient déjà toutes les connaissances et l’énergie dont nous avons besoin.

La pratique est conçue comme un exercice pour nous aider à accéder à n’importe quel trait de caractère dont nous avons estimé à tort qu’il nous manquait, et donc pour Shella, cela signifiait la capacité de se sentir en paix dans son corps et ainsi affronter le regard des autres sans aucune crainte.

La séance a officiellement commencé par le fait que Shella a lentement levé son bras droit, tandis que Cummins la guidait. Shella a rapidement fermé les yeux, et on lui a demandé de se visualiser en train de localiser son stress. Une fois que Shella a localisé une zone de stress dans son corps (que ce soit par une douleur physique évidente ou par son imagination), on lui a demandé d’imaginer ses respirations évacuant ce stress et faisant de la place pour ce dont elle a besoin.

Au début, Cummins a surtout raconté et instruit la séance. Shella prenait une respiration, elle visualisait son stress et ses doutes sur soi-même comme un objet solide (pour elle, c’était un rocher), puis elle s’imaginait en train de le retirer de son corps.

Après les 10 premières minutes, Cummins lui a fait passer au lit où elles sont passées à la partie interactive de la séance. C’est là que la collaboration avec soi-même a vraiment commencé. Cummins l’a incité à partager les traits de caractère qu’elle souhaite afficher dans les prochains mois, avant de visualiser des scènes de sa vie dans plusieurs mois, avec ces qualités en tête.

Elle lui a ensuite demandé de nommer un moment de sa vie où elle a eu besoin de soutien, où son estime de soi était au plus bas, et lui a demandé de visualiser son soi futur rendant visite à son soi passé pour lui donner une affirmation. Tout au long de ce processus d’affirmation, elle l’a invité à échanger des mots entre son futur soi évolué et son passé douloureux. Ses soi voyageant dans le temps devaient nommer les façons dont l’autre soi faisait du bon travail. Ce processus, dit Cummins, est une forme d’intégration entre ce qu’elle souhaite être et ce qu’elle a été.

La conversation continue et les visualisations incitées de soi-même voyageant à travers ses émotions exigeaient plus de parole et de réflexion rapide qu’elle ne l’avait prévu, et en ce sens, cela ressemblait beaucoup plus à une thérapie active qu’à une transe.

Lorsqu’elles ont terminé la séance, elle s’est sentie plus consciente de la façon dont son corps interagissait avec l’espace physique. Elle pense que c’était en partie parce qu’elle s’était visualisée dans le calme qu’elle souhaitait. Elle s’est sentie plus consciente de la façon dont sa frange tombait, de la façon dont elle remuait ses jambes et de la sensation de sa peau, mais pas d’une façon gênante. C’était plutôt un sentiment de redécouverte, comme lorsque vous sortez d’une salle de cinéma et que vous vous ajustez à la luminosité de l’extérieur. 

Lorsque Shella a demandé à Mme Cummins si les gens pratiquent l’hypnose par eux-mêmes, c’est-à-dire l’auto-hypnose, comme beaucoup le font avec la méditation, elle a répondu à la fois oui et non.

C’est différent de la méditation, car l’hypnothérapie est un processus interactif ; il est difficile de se conduire soi-même dans l’inconscient, aussi profondément qu’avec un hypnothérapeute ou un spécialiste en coaching de confiance en soi. Cependant, Mme Cummins encourage ses clients à créer une pratique quotidienne avant de se coucher pour que leurs visualisations s’imprègnent dans leur cerveau. Pour Shella, elle lui a recommandé de prendre trois états d’esprit qu’elle veut ressentir (par exemple : clair, présent, libre). Avant de se coucher, elle est censée écrire ces trois états d’esprit pour les ancrer dans son subconscient. Le matin, elle est censée lire et répéter ces états dans son miroir. Et, à la fin de la journée, elle est censée reconnaître et nommer trois choses qu’elle a faite pour soi pendant la journée.

Ces pratiques, dit M. Cummins, sont destinées à créer des habitudes de compassion envers soi-même, ce qui l’aide à se sentir plus facilement calme et à l’aise dans son corps. Comme Shella n’a assisté qu’à une seule séance, il lui semble prématuré d’émettre un verdict définitif sur la façon dont l’hypnose a affecté son confort dans son corps. Elle peut cependant affirmer que le processus a été étonnamment relaxant. C’est un travail qui demande de la vulnérabilité, et l’exploration de ses besoins à travers son imagination l’a forcée à se sentir dans sa peau. Elle s’est sentie moins nerveuse pendant plusieurs jours, et les exercices à domicile l’ont forcée à respirer plus profondément et à se ralentir, ce qui lui donne moins envie de sortir de sa peau (par insécurité et par anxiété).

C’était la première fois qu’elle essayait l’hypnose, mais ce ne sera pas la dernière pour essayer de reprendre confiance en elle et travailler sur son développement personnel. Elle a hâte d’explorer comment ces exercices peuvent lui permettre de se sentir plus à l’aise dans sa propre peau, moins timide, en sortant de sa zone de confort, que ce soit par soi-même ou avec quelqu’un pour la guider. Elle souhaite plus que tout renforcer sa confiance en soi. Le manque d’estime de soi lui a trop souvent empêcher de prendre la parole, de s’exprimer ou bien d’aller vers les autres. Avoir plus confiance en elle lui permettra donc de parler en public, de se sentir mieux et pourquoi pas, prendre confiance dans ses capacités.